Comment l'information sur un danger soudain - par exemple, une chaussée glissante ou un accident - peut-elle être transmise le plus rapidement possible aux véhicules qui suivent ou s'approchent ? Depuis 2013, Daimler utilise déjà les technologies de réseautage mobile de série pour envoyer des avertissements de danger d'un véhicule à l'autre (Car-to-Car). Pour la première fois, les principaux fabricants d’équipement d’origine et services de navigation coopèrent actuellement à l'élaboration d'une solution commune, non spécifique aux constructeurs et à l'échelle de l'UE. Les ministères des transports d'Allemagne, d'Espagne, de Finlande, du Luxembourg, des Pays-Bas et de Suède soutiennent le projet. L'objectif du projet pilote lancé aujourd'hui est de mener des recherches sur les aspects techniques, économiques et juridiques de Car-to-X. Car-to-X est le terme utilisé pour décrire la communication entre les véhicules et avec l'infrastructure de transport.

Sajjad Khan, vice-président exécutif, membre de la direction de la division CASE, Mercedes-Benz : « La communication Car-to-X a le potentiel d'améliorer considérablement la sécurité sur les routes. Avec ce projet, nous hissons les précédentes approches à un niveau sans pareil : Pour la première fois, nous collaborons avec de nombreux partenaires performants et efficaces, de sorte que les messages d'alerte puissent atteindre un grand nombre d'usagers de la route pratiquement en temps réel. Cela peut sauver des vies. Daimler a déjà jeté les bases de ce développement il y a des années : Déjà aujourd'hui, les véhicules Mercedes-Benz sont équipés de la technologie nécessaire à l'échange large et sécurisé d'informations relatives à la sécurité routière. »


Conformément aux objectifs de l'UE

Le projet est axé sur la discussion « Safety Related Traffic Information » (SRTI) au niveau de l'UE. Par cette initiative, les partenaires du projet soutiennent la Commission européenne dans ses efforts visant à promouvoir le développement de systèmes de transport intelligents et en réseau. L'objectif à long terme de l'UE est de réduire sensiblement le nombre de tués et de blessés graves sur les routes d'ici 2050. Une meilleure circulation de l'information pourrait y contribuer de manière déterminante.

La Directive européenne 866/2013 stipule qu'un niveau minimum d'informations générales relatives à la sécurité routière doit être, dans la mesure du possible, mis gratuitement à la disposition de tous les usagers. Le mémorandum signé aujourd'hui se fonde sur cette initiative politique.

Les partenaires du projet travaillent sur le principe de tests non spécifiques à la technologie et sur le développement de flux d'informations utilisant la technologie Car-to-X. Les systèmes de communication par radio mobile déjà installés seront utilisés pour le projet pilote. Ceux-ci ont fait leurs preuves et sont immédiatement disponibles.


Flux de données : comment les informations sont transférées

Après la signature du mémorandum d’entente dans le cadre de l’ITS, le congrès européen sur les systèmes de transports intelligents, à Eindhoven, les partenaires du projet ont eu recours à des exemples pour démontrer comment l'information est transmise grâce à la communication Car-to-X. Trois scénarios ont été utilisés à cet effet : dans chaque cas, un « émetteur » simulait une panne ou une autre situation dangereuse.

  • Scénario 1 : Le conducteur d'un véhicule Mercedes-Benz active le système d'avertissement de danger.
  • Scénario 2 : Le conducteur d'une BMW envoie un appel d'urgence (« eCall »).
  • Scénario 3 : Un centre de gestion de la circulation avertit d'un danger soudain dans la zone, par exemple des travaux routiers mobiles.

Les deux véhicules émetteurs étaient positionnés le long d'un itinéraire allant du centre-ville à Evolution, le centre de conférences d’Eindhoven. Les véhicules « récepteurs » - véhicules d'essai de Mercedes-Benz, BMW et Ford - ont suivi cet itinéraire pour simuler la circulation arrivant à l’arrière ou venant en sens inverse dans une situation de circulation critique. Immédiatement après la première impulsion émanant des « émetteurs », les occupants des véhicules « récepteurs » ont reçu un message via leurs systèmes embarqués.

Les données sont transférées selon le principe suivant : chaque action déclenche une impulsion, et donc un flux de données. Un message est rendu anonyme par l’émetteur - à savoir le véhicule ou le service de la circulation routière - et envoyé à un « agrégateur », généralement par radio mobile. C'est le rôle des experts en systèmes de navigation, en l'occurrence TomTom et HERE.

Dans des conditions réelles, l'agrégateur rassemble les informations et les regroupe jusqu'à ce qu'un nombre critique de messages ait été atteint. L'agrégateur devient alors un créateur de services et élabore un message d'avertissement. Cet avertissement est ensuite envoyé aux véhicules récepteurs qui se trouvent à proximité du danger par le biais des systèmes de navigation ou des systèmes de communication des constructeurs automobiles. Grâce à la forte pénétration du marché par les services de navigation concernés, un grand nombre d'usagers de la route sont donc en mesure de se préparer à un risque aigu de circulation.


Objectifs et limites du test : accent sur la sécurité des données

Au cours des douze prochains mois, le projet se concentrera notamment sur les questions de compatibilité des données et de traitement des données dans le Cloud. Dans un premier temps, les entreprises participantes utiliseront les technologies de communication et les formats de fichiers actuellement en place et, le cas échéant, continueront à les développer et les harmoniseront à l’étape suivante. La coopération entre les partenaires du projet débutera aux Pays-Bas et sera progressivement étendue à d'autres pays de l'UE.

La sécurité des données est une priorité absolue à tout moment dans le projet. Pendant la durée du projet pilote, les informations circuleront dans un « écosystème » fermé auquel seuls les partenaires du projet ont accès.Daimler n'utilisera la flotte d'essai que pour le projet - aucune donnée client ne sera collectée. De plus, les véhicules Mercedes-Benz concernés enverront toutes leurs données sous forme anonyme : chaque message contiendra uniquement des informations sur l'incident et la mention de la date et de l’heure. Aucune référence n'est faite au véhicule émetteur.


Contexte : Technologies Car-to-X chez Daimler

Daimler apporte au projet de coopération sa vaste expérience des technologies Car-to-X. En 2013, Mercedes-Benz a été le premier constructeur au monde à introduire la communication de voiture à voiture dans les véhicules de série. Depuis 2016, des modules de communication Car-to-X sont installés de série - d'abord dans la Classe E, et désormais dans tous les véhicules Mercedes-Benz équipés d'un système de navigation.

Daimler a également été impliqué dans des projets de recherche dans ce domaine depuis plus de dix ans : l’un de ceux-ci était le plus grand essai de terrain réalisé en Allemagne sur le thème de la communication Car-to-X - « sim TD - Mobilité intelligente et sans danger - champ d’essai Allemagne ». De 2008 à 2013, 500 participants ont parcouru plus de 1,6 million de kilomètres pour examiner comment les systèmes de communication intelligents peuvent contribuer à améliorer la sécurité et la mobilité de la circulation. Dans le cadre de ce projet, Daimler a déjà collaboré avec d'autres constructeurs et fournisseurs automobiles. Les résultats ont confirmé que les fonctions Car-to-X améliorent considérablement la sécurité au volant. En outre, les dommages causés à l'environnement peuvent être évités par une utilisation plus efficace des voies de circulation, et les systèmes de communication intelligents en réseau peuvent y contribuer de manière décisive.